Angelina Jolie, tout sur sa reconstruction mammaire

octobre 28, 2015 9:00


Dans un article publié en 2013 dans le New York Times, l’actrice américaine Angelina Jolie révélait avoir subi une double mastectomie préventive. Son choix, mais surtout sa transparence et son authenticité à parler de ses opérations, en a surpris plusieurs. Suite au décès de sa grand-mère, et de sa mère à l’âge de 56 ans du cancer des ovaires, Madame Jolie a choisi de passer un test génétique qui a révélé qu’elle était porteuse d’une mutation du gène BRCA 1. Étant porteuse de ce gène, l’actrice de 37 ans avait  un risque plus élevé de développer un cancer du sein. Devant ce risque, elle a décidé d’être proactive et de minimiser les chances de cancer au maximum en subissant l’ablation des seins. Cette décision peut sembler drastique, mais Madame Jolie ayant de jeunes enfants, elle ne voulait pas que ceux-ci perdent leur mère au cancer, ni avoir à se battre contre celui-ci pendant des années, tout comme sa mère et sa grand-mère.

Qu’on aime ou qu’on n’aime pas Angelina Jolie, on doit lui donner ceci; elle a osé parler d’une chose qui était un peu tabou auparavant, soit la mastectomie par choix. Bien que ce soit une grosse opération qu’on ne doit en aucun cas banaliser, le cas d’Angelina Jolie a peut-être aidé certaines femmes à prendre une décision si difficile et de ne plus vivre avec un risque élevé de cancer, tel une épée de Damoclès.

        

Avant de parler de Madame Jolie et de ses chirurgies, il est bon de préciser que chaque femme est unique, et que le type de chirurgie et de procédure sera évidemment différent d’un cas à l’autre.

Comme les seins d’Angelina étaient en bonne santé, sa chirurgienne Dr Kristi Funk,  a procédé à l’ablation des glandes mammaires tout en préservant la peau et les mamelons. Ayant opté pour une reconstruction par prothèses, son chirurgien plastique, le Dr. Jay Orringer a immédiatement placé un expanseur en attendant l’implant final. Il s’agit en fait d’un implant dégonflé, qui est placé derrière le muscle pectoral et qui sera rempli d’eau saline, doucement, sur une période de 2-3 mois, jusqu’à ce que le volume choisi soit atteint. Une seconde opération a eu lieu pour changer l’expanseur pour l’implant final (habituellement du silicone).

Comme je l’ai mentionné plus tôt, cette opération n’est pas banale, mais elle redonne peut-être un peu d’espoir aux femmes atteintes d’un cancer du sein, ou porteuses du gène BRC1, et surtout, une paix d’esprit. Que vous optiez ou non pour la mastectomie préventive ou la reconstruction mammaire, le cas d’Angelina Jolie a au moins permit à plusieurs femmes d’envisager un “après” avec espoir.

Dr. Pierre Duguay, votre chirurgien plastique et esthétique